ADC - Au-Delà du Cuir au-delà du cuir

• ADC •

ADC au-delà du cuir est un dispositif filière transversal, qui a pour objectif de soutenir une dynamique dans les métiers du cuir, en favorisant l’émergence de nouveaux entrepreneurs et en valorisant la créativité et la fabrication française.

Ce dispositif, crée en janvier 2012, encadre une vingtaine jeunes entrepreneurs dans les domaines Chaussures, Maroquinerie, Bagages et Objets en cuir. Il leur permet d’accélérer leur essor économique grâce à du coaching entrepreneurial, des formations et séminaires ou des conseils personnalisés, ainsi que des aides financières.

Ce dispositif d’accompagnement d’entreprises repousse aujourd’hui les frontières des métiers du cuir en pleine mutation, ouvrant encore davantage la voie aux projets « filière» innovants.

ADC au-delà du cuir bénéficie du soutien financier du CNC (Conseil National du Cuir), de la FFC (Fédération Française de la Chaussure), de CTC (Comité Professionnel de Développement Economique Cuir Chaussure Maroquinerie), du PIA (Programme des Investissements d’Avenir), de la DGCIS (Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services) et de Bpifrance.

• Objectifs •

Permettre à la filière « Cuir » de régénérer son tissu économique, industriel et entrepreneurial, en identifiant et en accompagnant les jeunes entrepreneurs concernés par ces secteurs. 

› Emergence d’entreprises en création

› Faciliter l’accès à ces métiers d’une génération nouvelle

› Favoriser la création de valeur dans des métiers réputés traditionnels

› Maintenir en France des savoir faire indispensables à cette filière

› Ré-industrialisation partielle sur nos territoires.

• Initiateurs •

› Le secteur de la chaussure, en particulier à cause des contraintes techniques fortes, liées aux spécificités du métier.

• Investissements importants en outils de conception, de création et de production,
• Absence totale de projet « chaussure » au sein des villages de créateurs en France.

› Le CNC (Conseil National du Cuir), en s’associant au projet, a permis d’étendre la démarche à l’ensemble des métiers du cuir, lui donnant ainsi une visibilité filière,

› Les autres structures professionnelles du cuir, avec différents degrés d’implication, sont partie prenante du projet,

› Des entreprises leaders du secteur, donnant au projet une réelle dimension économique sectorielle.

• Mission •

Identifier, faire évoluer, accompagner et viabiliser des projets novateurs présentés par de jeunes créateurs d’entreprise.

• MOYENS •

• Coaching : suivi individuel et évaluation des différentes phases de développement

• Identification des ateliers français partenaires

• Aide financière pour la réalisation des collections et des premières séries

• Marketing collectif et/ou individuel des projets

• Promotion & communication

• Showroom facilitant une prise de contact avec la réalité du marché, permettant l’organisation d’événements: lancement de collection, vernissage et vente privée.

• Appui financier : Garantie de prêts bancaires, réalisée grâce au fonds de garantie GAJEC dont ADC est partenaire avec le soutien du CNC et la FFC.

• Structures •

• STRUCTURE EXTERNE ADC •

Un COMITÉ D’ENGAGEMENT évalue et valide chaque dossier ainsi que les différentes phases d’avancement de chaque projet. Composé de personnalités de sensibilité complémentaire (huit membres) il est indépendant de toute structure opérationnelle ou politique (Bureau de l’association). Les décisions prises sont souveraines, et ses membres se réunissent autant de fois que nécessaire.

• STRUCTURE INTERNE ADC •

Une équipe interne gère l’ensemble du dispositif.
Pour réaliser pleinement sa mission, elle fait appel à des compétences diverses :

• Coach entrepreneurial

• Attaché de presse

• Expert en marketing et communication

• Experts métiers

• Autres

La Direction est rattachée directement au Président de l’association et travaille en étroite collaboration avec le comité d’engagement.

• Fonds de Garantie •

ADC au-delà du cuir est partenaire du Fonds de Garantie « Jeunes Entreprises de Création » (convention GAJEC) entre l’Etat, l’Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Culturelles (IFCIC) et le Comité de Développement et de Promotion de l’Habillement « DEFI ».

ADC apporte en dotation au fonds GAJEC la somme de 1 M €, grâce au soutien du CNC et de la FFC.

Le Fonds a pour objet de garantir partiellement les concours bancaires consentis en faveur des entreprises de création de mode et des métiers du cuir.

Les concours garantis ont pour objet le financement du cycle d’exploitation des entreprises. Ils peuvent prendre la forme de crédits à moyen terme ou d’ouverture de crédits confirmés.

Les dossiers des entrepreneurs éligibles de la filière cuir sont présentés au fonds GAJEC après approbation du Président du Comité d’engagement d’ADC.

• Savoir-Faire et Ateliers •

Mise en réseau vers les acteurs et les ressources de la filière.

Développement de Partenariats avec les ateliers: Identification des tructures, le plus souvent TPE et PME, maitrisant un « savoir-faire » spécifique, capables de réaliser des prototypes ou de petites séries

Actuellement : Une cinquantaine d’ateliers mettent leurs savoir-faire et compétences au service des jeunes marques.

Les tanneries françaises, dont la qualité exceptionnelle des peausseries est  reconnue dans le monde entier, sont également des interlocuteurs de choix pour les créateurs.

L’AVENTURE INDUSTRIELLE :

Les entrepreneurs sélectionnés par ADC n’hésitent pas à ouvrir (ou à reprendre) un atelier en France :

  • CHAMBERLAN  a développé son atelier de chaussures fabriquées sur mesure à Nontron en Dordogne, grâce à une application mobile exclusive : l’alliance unique de la tradition et de la technologie.
  • LA CHARENTAISE TCHA défend le savoir-faire charentais du « cousu-retourné » dans son atelier d’Angoulême, une technique conservée depuis 200 ans.
  • LA CONTRIE a ouvert une boutique-atelier en plein cœur de Paris où les modèles sont façonnés à la main et sur commande, dans la pure tradition de la sellerie-maroquinerie.
  • LEON FLAM a ouvert son atelier à Châtillon-sur-Indre où il perpétue les savoir-faire traditionnels de la maroquinerie.
  • MALTIER LE MALLETIER crée et développe ses malles et ses coffrets dans son atelier de Neuville du Poitou où perdure l’excellence de la malleterie française de luxe.
  • VARENNES a repris un atelier de maroquinerie labellisé EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) situé près de Saumur et permet ainsi la transmission de savoir-faire spécifiques depuis 1974.
  • VELSKET fabrique ses baskets  innovantes dans son propre atelier de chaussures pour enfants à Blanquefort en Gironde.